La Pierre qui chante

La Pierre qui chante

spectacle de Silvia Malagugini
mise en espace: Emmanuel Pinto
danseurs: Lucia Coppola, Geneviève Mazin, Suzanne Epstein, Claire Filmon, Evelyne Le Pollotec, Yves Heck, Delphine Pain, Marie-Agnes Arlot
chanteurs: Silvia Malagugini, Claire Soubeyran, Lisa Burg, Edmond Hurtrait, Frédéric Lair, Joelle Faye
musiciens: Edmond Zartarian, Anello Capuano
masques: Marie Occhipinti
création lumière: François Austerlitz
son et éclairage: Philippe Bouvet

Représentation populaire sacrée


 

Le monde populaire a toujours été au centre de mon travail,la recherche des racines au centre de mes préoccupations artistiques. Le spectacle “La Pierre Qui Chante” est né de cette recherche : à partir de fragments de drames liturgiques (à l’origine de tout notre théâtre moderne), suivant les formes de la “Sacra Rappresentazione”, “La Pierre Qui Chante” raconte cinq tableaux de la vie du Christ.

les sources d’inspiration musicale sont multiples : un manuscrit de la ville de Padoue, dont certains éléments sont antérieurs au XII siècle, le “Laudario di Cortona”, premier recueil au XIII siècle de chants en langue dite “vulgaire” et le répertoire populaire italien, présent encore de nos jours dans certaines processions et rituels. Ces sources d’inspiration ont été librement arrangées pour une représentation populaire sacrée.

Les chanteurs eux aussi sont issus de mondes musicaux différents. Des voix classiques rencontrent des voix populaires. Ensemble, ils nous font découvrir une mélodie grégorienne, une “passion” du sud de l’Italie, une berceuse vénitienne…

La matière de “La Pierre Qui Chante” témoigne des origines de la création artistique contemporaine. Elle rappelle la puissance des racines, soulignée en cela par le ” rythme-battement de coeur” des percussions.

Mais “La Pierre Qui Chante” n’existerait pas sans la danse et les tableaux vivants; l’art roman est la source d’inspiration gestuelle du spectacle. La chanson populaire en souligne l’aspect “terrien” et le chant grégorien en exprime toute la force symbolique.

Ceci est le récit d’un peuple qui murmure.crie sa vie à travers celle de Jésus Christ.

 

Ne Timeas Maria

Quomodo Fiet Istud

Voi che Amate

 Credit Photos 
J.L. de Sauverzac